Recommandations en matière de conduite

Les réflexes à avoir en cas d’accident

Les trois actions sont dans l’ordre : protéger, alerter et secourir.

  • Protéger le lieu de l’accident pour éviter une aggravation de celui-ci par l’usage des feux de détresse et de tout autre moyen de signalisation
  • Protéger les blessés pour éviter un autre choc
  • Protéger tous les autres passagers en les faisant passer de l’autre côté des glissières de sécurité ou monter sur le talus
  • Utiliser systématiquement les feux de détresse de votre véhicule
  • Alerter les services de secours par les bornes d’appel d’urgence en priorité ou avec un téléphone portable en décrivant l’emplacement exact, le numéro du lieu (point kilométrique), le numéro de la route et la direction
  • Décrire l’état des blessés, leur nombre, le risque existant (véhicules, blessés sur la chaussée)
  • Secourir les blessés les plus graves, sans toutefois les déplacer, ne pas enlever le casque des motards.

En tout état de cause, sur voie rapide, ne quittez votre véhicule qu’en cas d’urgence impérieuse, ne demeurez pas sur la chaussée et passez au plus vite derrière les glissières de sécurité.

A noter que certains gestes de secours et d’actions de protection peuvent nécessiter des connaissances particulières : n’essayez pas de les faire si vous n’avez pas les connaissances requises, au risque de provoquer une aggravation de l’état des blessés.

Attention : les véhicules de service qui cherchent à passer dans un embouteillage (pompiers, police, véhicules de patrouille ou d’intervention) peuvent se rendre en urgence sur le lieu d’un accident, pour secourir les victimes et remettre en circulation le plus rapidement possible. Même si vous êtes bloqués depuis un long moment, laissez-les passer.

Conduire en cas de neige et de verglas

Quand les conditions climatiques hivernales rendent les routes difficilement praticables et particulièrement dangereuses, il est important de s’informer avant de prendre la route pour éviter tout accident ou de rester bloqué sur un axe.

Le code couleur utilisé sur Sytadin pour décrire les conditions de circulation hivernale est le suivant :


Vous pouvez également consulter l’évolution des conditions météorologiques sur www.meteofrance.com

  • En cas de vigilance rouge, il est préconisé de n’entreprendre aucun déplacement autres que ceux absolument indispensables. Prévoyez un équipement minimum (couverture, lampe de poche, eau et gâteaux secs) au cas où vous seriez obligés d’attendre plusieurs heures sur la route à bord de votre véhicule.
  • En cas de vigilance orange, il est recommandé d’éviter tous les déplacements non indispensables et de privilégier les transports en commun lorsque cela est possible.

Conduire dans un tunnel

Les pannes, accidents ou incendies de véhicule en tunnel routier peuvent prendre des proportions catastrophiques. Il est essentiel d’avoir les bons réflexes le moment venu.

En situation normale de conduite, l’allumage des feux de croisement (même si le tunnel est éclairé), l’interdiction de faire demi-tour et de stationner doivent être respectés.

  • La vitesse prescrite dans les tunnels du réseau francilien est de 70 km/h ou 90 km/h. Il est impératif de respecter ces limitations en respectant la limitation dès l’entrée du tunnel.
  • À l’approche d’un tunnel, le bon réflexe est d’augmenter la distance avec le véhicule qui vous précède. Dans le tunnel, les lumières bleues sur les murs de chaque côté aident à maintenir la distance de sécurité avec le véhicule qui précède.
  • Il est interdit de faire demi-tour, de s’arrêter et de stationner en dehors des emplacements d’arrêt d’urgence prévus à cet effet ;
  • Les niches de sécurité sont signalées en orange, Vous y trouverez un extincteur et une borne d’appel d’urgence ;
  • Les issues de secours sont signalées en vert ; des flèches indiquent l’issue la plus proche, qui peut être une des têtes du tunnel ;

En cas de panne de son véhicule dans un tunnel, il faut allumer les feux de détresse, s’arrêter le plus à droite, couper le contact, enfiler son gilet jaune et sortir prudemment de son véhicule.

Si votre véhicule empiète sur la chaussée, posez votre triangle de signalisation (sur autoroute les règles peuvent être différentes), marchez, en restant bien sur le trottoir, jusqu’à la niche de sécurité la plus proche pour utiliser la borne d’appel d’urgence. Suivez ensuite les consignes de l’opérateur et attendez l’arrivée des services compétents pour vous dépanner.

En cas d’incendie, les usagers doivent immédiatement quitter leur véhicule et se diriger vers les issues de secours sans attendre l’arrivée des pompiers.

Les bons réflexes :

  • Se garer à droite, le plus en sécurité possible et couper le moteur.
  • Donner l’alerte depuis des téléphones de secours présents dans les niches de sécurité tous les 200 mètres. N’utilisez pas votre téléphone portable : il ne permet pas de vous localiser, risque de saturer les réseaux et ainsi de perturber la coordination des secours.
  • Quitter son véhicule en faisant attention à la circulation et en incitant les autres usagers à suivre votre exemple.
  • Dès que possible, évacuer le tunnel par les issues de secours, en assistant si besoin les personnes en mobilité réduite.

Des retours d’expérience ont montré l’écart entre les comportements adaptés des usagers et leurs comportements réels. Les automobilistes se croient en sécurité dans leur véhicule et préfèrent attendre ou évacuer l’ouvrage en faisant demi-tour ou marche arrière, plutôt que de quitter leur voiture pour rejoindre à pied les issues de secours. Ils risquent ainsi de respirer des gaz asphyxiants mettant leur vie et celles des autres en danger.





Partager la page